7 Tendances dans la gestion de projet en 2022 – vers où allons-nous ?

0

Quelles tendances de gestion de projet verrons-nous dans des domaines tels que la planification des ressources, la collaboration, les méthodes et les outils ? Comment les rôles des participants dans l’environnement du projet vont-ils changer ? Et quels nouveaux défis attendent le PMO ?

Dans cet article, nous nous penchons sur les années à venir dans les environnements de projets agiles, traditionnels et hybrides. Les tendances ne s’appliquent toutefois pas de la même manière à tous les secteurs et types de projets. Nous combinons notre propre expérience avec les informations provenant de sources publiques et en déduisons les points principaux. Sur la base des évaluations et des prévisions, vous serez en mesure de mettre en œuvre les bonnes stratégies pour votre propre environnement de gestion de projet.

Notre objectif : que vous ayez l’esprit tranquille, sachant que vous avez toujours le contrôle total de votre environnement projet.

Voici les sujets que nous allons aborder :

Des études récentes

Le monde a beaucoup changé au cours des dernières années, notamment en raison de la pandémie COVID-19, de la numérisation ou du changement climatique. Cela a également un impact sur notre monde professionnel.

Le Handelsblatt allemand a titré un de ses rapports sur les sciences, technologie, ingénierie et mathématiques de novembre 2021 ainsi : « Manque de plus de 275 000 professionnels qualifiés – La pénurie d’experts est déjà plus importante qu’avant le COVID ». Un déficit massif pour l’avenir qui place le monde du travail devant de nouveaux défis.

Cela a un impact sur les compétences requises des collaborateurs – les fameuses compétences du futur. Le Stifterverband et McKinsey & Company ont récemment publié le « Cadre des Compétences Futures 2021 ». Il est ainsi possible de distinguer quatre catégories :

  • Les compétences traditionnelles
  • Compétences numériques clés
  • Compétences technologiques
  • Compétences transformationnelles

L’enquête menée auprès de 500 entreprises et organismes du secteur public en Allemagne montre que les personnes interrogées évaluent l’importance des compétences individuelles différemment aujourd’hui et pour l’avenir.

Les personnes interrogées considèrent avant tout que la capacité à résoudre les problèmes est importante, tout comme le comportement entrepreneurial, l’esprit d’initiative, la résilience et la créativité. Et ce sont précisément ces compétences qui gagneront en importance au cours des prochaines années, selon l’enquête.

Les compétences numériques clés sont également de plus en plus mises en avant, tout comme le travail agile.

Mais quelles sont les tendances en matière de gestion de projet qui peuvent être déduites de ces évolutions ?

Tendance 1 : La planification des ressources devient de plus en plus critique

Les études et sondages récents ont clairement montré que la planification des ressources en gestion de projet est en train de devenir de plus en plus critique – et ce, même au niveau le plus haut de l’entreprise. Tous les rôles doivent être impliqués.

Les trois niveaux de la gestion des ressources à travers l’entreprise (stratégique, tactique, opérationnelle) et les responsabilités des rôles impliqués

Project Management Office (PMO)

Le PMO assume de plus en plus la coordination de la gestion des ressources aux côtés des chefs d’équipe et des chefs de projet. En collaboration avec les décideurs, ce bureau central doit fournir des capacités dotées des compétences appropriées de manière proactive.

Chef d’équipe

Les chefs d’équipe sont de plus en plus impliqués dans la formation continue des membres de leur équipe. La formation des collaborateurs est évidemment un moyen d’accroître continuellement les connaissances. L’objectif doit être de retenir les employés à long terme. L’élargissement de leurs connaissances renforcera non seulement leurs liens avec l’entreprise, mais permettra également de leur donner plus de satisfaction. Car la satisfaction dans le travail devient de plus en plus importante sur un marché du travail qui évolue rapidement.

Chef de projet

Les chefs de projet sont de plus en plus engagés dans la recherche de solutions pour des objectifs clairs et des compétences sociales. Traditionnellement, il était possible de définir un objectif clair au moment de la commande du projet. De nos jours, cependant, nous sommes souvent incapables de définir complètement cet objectif, ce qui rend nécessaire une approche différente du sujet. En outre, l’augmentation constante du nombre de projets signifie que la responsabilité des chefs de projet de s’occuper de tout de manière adéquate a augmenté.

Membres d’équipe

Pour maîtriser tout cela, les membres de l’équipe doivent gérer de façon honnête l’ambiguïté, le manque de connaissances et les échéances. En effet, la principale raison de l’échec d’un projet est l’absence d’objectifs ou l’incapacité à les définir clairement.

Notre conseil : La gestion des ressources ne se passera bien que s’il y a une bonne interaction entre les chefs de projet, les chefs d’équipe, les membres d’équipe et le PMO. Posez les bases avec des processus et des outils.

La gestion des ressources doit être complète et adéquate

Malheureusement, la situation liée aux ressources ne s’améliore pas dans la plupart des secteurs et des entreprises. Il y a celles qui ont encore trop peu de collaborateurs et celles qui en ont soudainement trop. Ainsi, la tendance à l’optimisation de la charge de travail des employés existants se poursuit sans relâche. Les responsables devront s’efforcer de rendre l’imprévisible prévisible.

Pour ce faire, ils doivent savoir sur quoi leurs collaborateurs travaillent – non seulement dans les projets mais aussi dans les opérations.

Il sera impossible d’éviter l’implication des chefs d’équipe dans le processus de coordination entre le management de projet et le management opérationnel. Ce n’est qu’en considérant les deux perspectives que vous obtiendrez une planification des ressources complète et donc fiable.

Pour aggraver les choses, de nouveaux besoins pour de nouveaux projets et de nouveaux domaines de connaissances apparaissent à des intervalles de plus en plus courts. Il faut en tenir compte de manière plus souple dans la planification stratégique de la capacité.

A lire : 6 étapes de la gestion des ressources – mettre rapidement en œuvre la planification tactique des ressources 

C’est pourquoi les PMO et les responsables de portefeuilles ont besoin d’un soutien encore plus important dans la planification de scénarios variables. En fonction des priorités et des disponibilités des mois et des années à venir, ils doivent décider quels nouveaux projets lancer, et quand. Certains doivent également faire preuve d’une grande souplesse pour reporter des projets et s’adapter aux nouvelles circonstances extérieures.

Une planification approximative mais complète des ressources est plus utile à cette fin qu’une planification précise pour quelques projets seulement. L’approche « Complète et suffisante » est de plus en plus acceptée. De plus, les entreprises se détournent de plus en plus d’Excel dans le contexte de la gestion des ressources, car cet outil n’est tout simplement pas assez flexible. Les outils spéciaux pour la gestion des ressources sont bien mieux adaptés.

Notre conseil : Une planification approximative mais complète des ressources (toutes les activités opérationnelles, les absences et les activités projet) est préférable à une planification détaillée de certains projets mais globalement incomplète.

Une gestion des ressources professionnelle pour toute l’entreprise – interaction de tous les rôles impliqués (utilisation d’un des outils de TPG)

Compétences sociales et interpersonnelles pour la gestion de projet du futur

Si vous travaillez dans l’environnement projet, vous devriez tenir compte de quelques conseils concernant les compétences sociales et interpersonnelles. Ils vous aideront à vous préparer aux tendances futures d’un environnement projet toujours plus complexe et d’une gestion des ressources toujours plus exigeante :

  • Ayez une vision humaine du terme “ressources”
  • Encouragez la créativité dans la recherche de solutions
  • Permettez les essais infructueux et prenez-les en considération
  • Créez la confiance comme base d’une évaluation honnête des circonstances et des tâches
  • Faites en sorte de limiter les incertitudes, sources de stress dans les projets
  • Créez un environnement où les équipes se sentent à l’aise et qu’elles n’auront pas envie de quitter
  • Dans l’ensemble, il existe une tendance qui exige que les chefs de projet deviennent (comme) des chefs d’équipe – « Vous pouvez gérer les choses, mais vous devez diriger les gens. » Et pourquoi en est-il ainsi ? Du point de vue de l’entreprise, c’est le principe directeur qui sera perçu comme de plus en plus vrai à mesure que la main-d’œuvre qualifiée se raréfie : « Les choses les plus importantes ne sont pas des choses. »

Un sondage sur la situation des ressources dans un webinaire TPG du 26 janvier 2022 a confirmé l’importance des points douloureux dans la gestion des ressources : les problèmes de processus, de personnel, de compétences et d’outils sont courants.

Tendance 2 : Le partage des connaissances continue à s’étendre

Vous connaissez sûrement le problème suivant : les gourous, en tant que source unique gardant leurs précieuses connaissances pour eux-mêmes, créent des goulots d’étranglement dans la planification des ressources.

Les équipes fixes et les suppléants favorisent le partage des connaissances

Si vous disposez d’un nombre insuffisant de collaborateurs compétents ayant des connaissances similaires à déployer sur le même intervalle de temps, cela entraînera des conflits de ressources. Plus les compétences des collaborateurs disponibles sont proches les unes des autres, plus il sera facile de les affecter. Cela réduira automatiquement les conflits.

Toutefois, cela ne fonctionnera que si vous partagez réellement les connaissances. Ce n’est donc pas le nombre réel de personnes qui pose problème, mais les goulots d’étranglement pour certaines compétences.

Vous pouvez être plus rapide tout seul à court terme. Mais à long terme, c’est ensemble que vous irez plus loin. Dans les environnements agiles, cet état d’esprit est la norme. Pourtant, pour de nombreuses structures organisationnelles traditionnelles bien établies, ce type de remise en question sera un défi majeur.

La tendance au partage des connaissances est de plus en plus répandue, quel que soit le secteur d’activité. En tant que tendance de la gestion de projet, elle est de plus en plus manifestée par la jeune génération.

Notre conseil : Veillez à ce que les connaissances des experts clés soient réparties entre plusieurs responsables.

Tendance 3 : Les méthodes Agile et Hybride continuent à gagner de l’importance

Dans l’environnement traditionnel de gestion de projet, nous avons vu jusqu’à présent l’affectation changeante des projets à différentes équipes. Cette approche devient toutefois de plus en plus problématique. Dans le monde agile, en revanche, les équipes restent constantes à travers de nombreuses itérations. Elles travaillent ensemble au sens propre du terme pour obtenir des résultats exploitables.

Dans la planification traditionnelle, changer de projet est plus difficile que dans la planification synchronisée agile.

La faisabilité et la portée des résultats escomptés ont été estimées à l’avance par les équipes agiles elles-mêmes, et divisées en Sprints. Cela rend beaucoup plus clair ce qui peut effectivement être réalisé et ce qui ne peut pas l’être. Tout le monde sait :

  • Qui est capable de faire quoi
  • Ce qui peut être considéré comme fiable
  • Ce qui est plutôt incertain

En outre, les membres d’une équipe homogène et qui se connaissent bien entre eux auront beaucoup plus de facilité à partager leurs connaissances.

De plus en plus d’entreprises adoptent cette approche avec succès. Les méthodes agiles continueront donc à gagner en importance à l’avenir.

Notre conseil : Jetez un coup d’œil aux méthodes agiles et réfléchissez à ce que vous pourriez adopter dans votre entreprise – par exemple, la planification synchronisée des équipes.

Des approches hybrides dans la mise en œuvre de projets

Dans notre monde où tout va très vite, il est plus important que jamais de s’intéresser à la convivialité, et non à un cahier des charges. Avec les méthodes agiles, l’accent est mis sur le produit final dès le début. Toutefois, l’approche est ouverte et la convivialité est régulièrement remise en question. Cela peut conduire à un produit final différent du plan initial, mais dont tout le monde est satisfait.

Cette approche agile, utilisée dans des projets appropriés (la construction d’un barrage, par exemple, ne serait pas un projet approprié pour cela), empêche que les exigences modifiées soient ignorées dans le développement. Dans la gestion de projet traditionnelle, cela peut se produire si les circonstances changent pendant la durée du projet.

L’approche ouverte peut offrir de plus grands bénéfices sur des projets qui se prêtent à ce principe.

Les chefs de projet sont responsables des bénéfices du résultat du projet. La tendance va définitivement dans le sens de la capacité à reconnaître plus tôt si l’on est complètement hors sujet ou bien si l’on apporte un bénéfice.

Souvent, les approches hybrides combinant les avantages du monde agile et du monde traditionnel sont la bonne solution pour certains projets. La figure ci-dessous montre la combinaison d’une planification traditionnelle des jalons avec une planification régulière des sprints. Dans ce cas, les sprints doivent toujours fournir les résultats pour le jalon suivant.

Combinaison de méthodes traditionnelle et agile pour les projets qui s’y prêtent

Notre conseil : Informez-vous pour savoir lesquels de vos projets se prêtent à des approches hybrides et ce à quoi cette combinaison pourrait ressembler dans votre cas.

A lire : Hybrid Project Management – How to Connect Agile and Traditional Methods (en anglais)

Tendance 4 : Le travail à distance et les environnements de travail hybrides vont perdurer

Récemment, Microsoft a publié le premier Work Trend Index (indice annuel des tendances du travail) en 2022. Ce rapport donne un aperçu du bien-être des employés dans un monde de travail à distance et montre ce à quoi les cadres supérieurs devraient désormais accorder une attention particulière.

Les collaborateurs vont continuer à demander le meilleur des 2 mondes : télétravailler et venir au bureau (source The Work Trend Index, Microsoft)

Du fait du COVID-19, une large portion de la population active est passée au travail à domicile et souhaitent y rester. D’autres, cependant, regrettent l’interaction avec les collègues par exemple à la machine à café ou dans le couloir.

Une tendance claire se dessine, qui s’applique également à l’environnement de projet de l’avenir : il faut trouver la bonne combinaison de travail à distance et sur site pour répondre aux souhaits des collaborateurs et les retenir. C’est là que les entreprises doivent s’adapter.

Notre conseil : Lorsque vous télétravaillez, organisez des réunions régulières plus nombreuses mais plus courtes pour les sujets de fond. Les appels en personne vous aideront à sentir comment l’équipe se porte. Les caméras éteintes ne feront qu’accroître la distance dans une réunion virtuelle. Allumez la caméra et encouragez vos collègues à faire de même pour une approche plus humaine de la nouvelle situation.

Tendance 5 : La gestion du changement devient de plus en plus importante

La différence entre la gestion de projet et la gestion du changement

Dans le contexte de la numérisation, les changements organisationnels sont souvent mis en œuvre sous forme de projets. Dans ce processus, il arrive souvent que quelque chose se passe mal. La mise en œuvre d’un nouvel outil logiciel, par exemple, peut ne pas apporter les avantages souhaités, car les utilisateurs potentiels n’ont pas été dûment pris en compte, préparés ou accompagnés.

Pour que les projets soient couronnés de succès, il est indispensable d’aborder comme il se doit le processus de changement dans l’organisation, parallèlement à la mise en œuvre effective du contenu. C’est la tâche de la gestion du changement.

Entre autres, la gestion du changement sert à améliorer l’acceptation des résultats du projet.

Selon l’ampleur des changements et le nombre de personnes concernées, la prise en charge du changement sera une tâche pour le chef de projet. Toutefois, il est probablement judicieux, dans ce type d’initiative, de faire appel à des spécialistes de la gestion du changement.

Cette idée n’est peut-être pas nouvelle, mais ces derniers temps, les gens ne se contentent pas d’en parler, ils agissent en conséquence. La gestion du changement est un facteur clé de succès pour les projets de l’avenir.

Notre conseil : Dans les projets de changement, veillez dès le départ à ce que les personnes concernées par les changements soient correctement préparées et assistées.

Tendance 6 : Le PMO devient plus stratégique

Le PMO assume de plus en plus la responsabilité de la mise en œuvre des objectifs stratégiques.  Sur le plan organisationnel, il est plus avantageux que le PMO soit établi en tant que département exécutif avec un accès direct à la direction de l’entreprise.

Dans ce contexte, une planification stratégique de la capacité réussie exige une vue d’ensemble des ressources à l’échelle de l’entreprise et une bonne gestion des compétences. Trouver et former les ressources appropriées est essentiel, tout comme leur affectation encore plus dynamique à des projets à valeur stratégique.

Responsabilité accrue du PMO dans la planification stratégique des capacités et la gestion du portefeuille (en prenant l’exemple de TPG PortfolioManaqer)

Dans le cadre de la gestion du portefeuille, le PMO devrait désormais travailler davantage à l’abandon des projets les plus faibles. L’abandon délibéré d’un projet permettra de libérer des ressources à temps pour des projets ayant une plus grande priorité.

La notion de « limiter les dégâts » n’est pas nouvelle, mais elle est particulièrement importante dans ce contexte. Il est judicieux de reconnaître l’échec à un stade précoce et de prendre des mesures appropriées avant que les dommages ne s’aggravent. Cela permet de soutenir le changement culturel nécessaire à l’avenir en faveur d’un échec réussi des projets.

Notre conseil : Veillez, de haut en bas, à ce que les projets qui échouent puissent être reconnus comme tels et abandonnés. Cela nécessite un changement culturel dans l’ensemble de l’entreprise, afin que les chefs de projet n’aient plus peur de l’échec.

Un autre sondage réalisé lors du webinaire TPG allemand du 26 janvier 2022 concernant les futures fonctions souhaitées du PMO a donné les résultats suivants : les personnes interrogées ont accordé la note la plus élevée au soutien des chefs de projet, suivi de la normalisation /mise à disposition de rapports, de l’implication dans la gestion du portefeuille et de la coordination de la gestion des ressources. Ces quatre responsabilités ont été souhaitées par plus de 50% des 270 participants au webinaire.

A l’avenir, les PMO doivent se préparer aux changements suivants :

  • Des liens plus étroits avec la direction
  • Ne pas se contenter de créer des standards et des rapports
  • Plus de coordination dans la gestion des ressources
  • Plus d’implication dans la gestion de portefeuille
  • Une utilisation flexible des méthodes de gestion de projet
  • Un soutien individualisé aux chefs de projet sur les processus et méthodes traditionnels, agile, hybrides afin d’obtenir la bonne combinaison
  • Les enseignements tirés  doivent être appliqués et des ajustements continus doivent être fait au guide de gestion de projet en vigueur dans l’entreprise.

Tendance 7 : Il devient plus facile d’utiliser des outils de gestion de projet

Aujourd’hui, il est beaucoup plus facile qu’auparavant de commencer à utiliser les outils de gestion de projet. Cela est devenu possible grâce à l’utilisation flexible des offres dans le cloud.

Ces outils :

  • Sont plus faciles à utiliser car aucune installation n’est nécessaire
  • Permettent une facturation facilitée grâce à un coût de licence mensuel par utilisateur
  • Réduisent les problèmes d’accès inter-entreprise
  • Permettent une meilleure collaboration
  • Donnent la possibilité d’utiliser d’autres outils au cas par cas
  • Sont plus faciles à lancer et plus flexibles d’utilisation dans le cloud

Notre conseil : Familiarisez-vous avec les outils basés sur le cloud appropriés pour votre gestion de (multi-)projets, par exemple lors de webinaires ou sur YouTube. Demandez une démonstration en direct des possibilités, et demandez des versions d’essai. Souvent, se lancer est beaucoup moins cher qu’on ne l’imagine, même pour des produits très puissants.

Conclusion : 7 tendances en gestion de projet en 2022

Dans cet article, vous avez appris quelles tendances en matière de gestion de projet nous voyons se dessiner à l’horizon 2022. Nous avons mis l’accent sur les domaines de la planification des ressources, de la collaboration, des rôles, des méthodes et des outils.

En conclusion et pour résumer, voici une nouvelle fois ces 7 tendances en un coup d’œil :

  • Tendance 1 : La planification des ressources devient de plus en plus critique
  • Tendance 2 : Le partage des connaissances continue à s’étendre
  • Tendance 3 : Les méthodes Agile et hybride continuent à gagner de l’importance
  • Tendance 4 : le travail à distance et les environnements de travail hybrides vont perdurer
  • Tendance 5 : La gestion du changement devient de plus en plus importante
  • Tendance 6 : Le PMO devient plus stratégique
  • Tendance 7 : Il devient plus facile d’utiliser des outils de gestion de projet

Voyez-vous d’autres tendance en gestion de projet qu’il serait utile de rajouter à cette liste ? Laissez-nous votre commentaire ci-dessous. Merci!


Johann StrasserAu sujet de l’auteur :  Johann Strasser, ingénieur certifié, est directeur général de TPG The Project Group depuis 2001. Après plusieurs années passées comme ingénieur développement dans les secteurs de l’automobile et de l’énergie, Johan Strasser a passé 10 ans comme formateur et consultant indépendant dans le domaine de la gestion de projet. Pendant cette période, il a aussi été chef de projet pour des projets de logiciels dans l’industrie du BTP et a œuvré dans la gestion de la planification et des coûts pour de gros projets de construction. A TPG, il met son expertise au service du développement de produits et des services de consulting auprès de clients internationaux. Il se spécialise surtout sur les PMOs, les portefeuilles de projets, la gestion de projet hybride et la gestion des ressources. Cela fait plusieurs années qu’il partage ses connaissances et son expertise au travers de présentations, séminaires, articles et webinars. 

Plus d’informations sur Johan Strasser sur LinkedIn et XING.

Share.

About Author

Leave A Reply